Accueil > Saint Jacques de Compostelle, France > Saint Jacques de Compostelle - De Moissac à Saint Jean Pied de Port (340 kms) - 3ème étape

Saint Jacques de Compostelle - De Moissac à Saint Jean Pied de Port (340 kms) - 3ème étape

Rédigé par Arnaud - - 1 commentaire

<Article précédent - 2ème étape : De Conques à Moissac>

Pour cette troisième étape sur le chemin de Saint Jacques, je suis parti de Moissac avec mes amis : Pierre et David. Nous sommes allés jusqu'au pied des Pyrénées, à Saint Jean Pied de Port. Nous avons parcouru plus de 340 kms à pied sur le GR65, à travers de beaux départements, tel que le Tarn et Garonne, le Gers et les Pyrénées Atlantiques. Nous avons randonnés sur une douzaine de jours, avec des étapes en moyenne de 28 kms par jour. Nous avons eus quelques fois de longues journées de plus de 34 kms, voir même 39 ! Le chemin était plus plat et nous avons eu beaucoup moins de dénivelés que les étapes précédentes. Mais en contrepartie nous étions obligés de passer par de nombreuses routes en bitume, avec des parties assez monotones. Certes, de nombeuses personnes qui ont déjà fait ce chemin disent que ce n'est pas la plus belle partie du chemin de Saint Jacques, il est vrai, mais nous avons traversés quand même de très jolies villages et villes typiques du sud-ouest de la France, comme Moissac, Auvillar, Lectoure, Gondom.

1 - La carte et informations sur le chemin : 

 

Signe de Saint Jacques :

 

 - Longueur de la 3ème étape (Moissac à Saint Jean Pied de Port) : 340 kms

- Ville de départ et d'arrivée : Moissac, Saint Jean Pied de Port

- Etapes du jour : Moissac, Auvillar, Lectoure, Condom, Eauze, Nogaro, Aire sur l'Adour, Arzac Arraziguet, Arthez sur Béarn, Navarrenx, Aroue, Ostabat et Saint Jean Pied de Port

- Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Moissac à Saint Jean Pied de Port (340 kms)

2 - Informations pratiques :

Transport : Pour aller jusqu'à Moissac au départ de Paris, vous avez le train au départ de la gare Montparnasse en direction de Tarbes. Il y aura un changement à Agen et Moissac. Vous avez la possibilité aussi de prendre l'avion de Paris à Toulouse et reprendre le train ensuite pour Moissac. D'autres modes de transport existent et sont moins chers comme le covoiturage par Blablacar. Pour les bus à bas prix, je n'ai pas vu de destination vers Moissac depuis le site de Flixbux ou Ouibus. Au retour de Saint Jean Pied de Port vous avez la possibilité de prendre le train en direction de Paris avec un changement à Bayonne. Le trajet est à peu près de 6 heures.

Hébergements : Sur le chemin vous trouverez de nombreux hébergements, nous pouvons dire même que sur la voie du Puy, ils se sont bien développés depuis de nombreuses années. Vous trouverez très facilement donc à chaque étape de nombreux hôtels, maisons d'hôtes, camping et surtout des gîtes d'étapes. Je vais parler de ces derniers en disant qu'ils sont nombreux et à des prix très avantageux. La plupart d'entre eux vous offre le couchage (lit, oreillers et la plupart des couvertures), le petit déjeuner et bien souvent la demi-pension, tout ça pour un prix quotidien de 30 à 35 euros environ. Ce sont souvent des chambres de 4 à 6 lits, mais quelques fois, des grands dortoirs de plus de 10 lits. Dans mon carnet de voyage, je vous donnerai les gîtes dans lesquels je suis passé.

Cuisine : Les repas dans les restaurants et hébergements sont variés, vous trouverez la plupart du temps, le long de votre chemin une cuisine locale et des plats de la région. Dans la région du Gers, vous avez l'excellente cuisine du sud-ouest avec les confits de canards et le foie gras. Vers le Pays Basque, vous avez aussi des produits locaux assez connus : comme le jambon de Bayonne, le gâteau basque, la piperade, avec les bons piments d'Espelettes.

Equipement : (voir étape 1 : du Puy en velais à Conques)

3 - Le carnet de voyage :

Samedi 24 septembre 2016 : Après un réveil très matinal, je prends le taxi à 5h30 pour rejoindre mon ami Pierre à la gare Montparnasse et nous montons dans le train de 6h15 en direction de Tarbes. Nous arrivons vers le milieu de matinée à Agen, où la correspondance pour Moissac était plus d'une heure et demie après. Nous en profitons donc pour visiter un peu la ville d'Agen. Nous remontons vers la rue principale et essayons de rentrer dans la cathédrale, malheureusement ce jour-là elle est exceptionnellement fermée. Nous déambulons dans les rues et nous reprenons le train pour une demi-heure jusqu'à Moissac. Nous arrivons en début d'après-midi et nous allons déjeuner dans le petit restaurant chinois où nous nous sommes arrêtés la dernière fois. Vers 14h00 nous nous dirigeons vers l'abbatiale. Nous rentrons quelques instants pour faire un tour rapide et sortons afin d'attendre notre ami allemand qui a terminé sa première semaine de randonnée. Il était parti de Figeac à Moissac. Nous sommes contents de le revoir et de partager cette troisième étape avec lui.  Après avoir bu une petite bière, nous nous dirigeons vers le gîte de l'Ancien Carmel où nous allons passer la nuit. Cette fois-ci nous n'aurons pas la petite chambre agréable de la dernière fois et nous sommes relégués au sous-sol dans un dortoir qui ressemble à une cave, ça commence bien ! Après le diner, nous ressortons quelques instants pour monter derrière le gîte, afin d'aller chercher la cache de la dernière fois que nous n'avons pas trouvé (Geocaching). Nous rentrons au gite pour la première nuit de cette troisième étape.

Album de photos : Arrivée à Moissac

Dimanche 25 septembre 2016 : Après un petit déjeuner vers 8h00, nous rangeons nos affaires et prenons notre sac à dos pour démarrer cette troisième étape. Nous sortons de l'Ancien Carmel et nous nous dirigeons vers l'abbatiale, afin de reprendre le GR65. Nous traversons la ville de Moissac et nous longeons le canal latéral à la Garonne pendant quelques kilomètres. Nous traversons la voie de chemin de fer et nous montons vers les hauteurs. Beaucoup de randonneurs quittent le GR pour suivre ce canal jusqu'à Auvillar. C'est un peu dommage, car cette montée vers les hauteurs est vraiment très belle. Nous suivons donc cette partie du chemin pour arriver au village de Boudou. De là, nous continuons cent mètres en dehors du GR pour aller admirer le point de vue sur la région. Nous continuons toujours notre chemin vers les hauteurs, à travers champs et bois. Nous redescendons vers le village de Malause et nous rejoignons le canal de la Garonne. Nous longerons ce canal très rectiligne et monotone pendant quelques kilomètres. Nous nous arrêtons pour déjeuner au bord du canal et nous reprenons le chemin. Au bout de quelques kilomètres le GR quitte le canal et remonte vers le village de Pommevic où vous pouvez admirer la très belle église romane datant du 11ème siècle. Nous descendons cette fois-ci vers le sud, nous traversons le canal et nous continuons le chemin à travers champs. Au loin à quelques kilomètres de là nous apercevons la centrale nucléaire de Golfech. Cette centrale dégage une impressionnante fumée de ces hautes cheminées où elle peut être vue depuis Lauzerte ! (50 kms environ). Nous traversons le fleuve de la Garonne et nous arrivons au petit village de La Ramier, au pied du village d'Auvillar, qui sera la fin de cette étape de la journée. Après une belle montée, assez raide, nous arrivons au petit village d'Auvillar (qui fait partie des plus beaux villages de France). Nous longeons les petites rues et ruelles, afin d'arriver sur la place principale, nous pouvons admirer la belle halle circulaire. Nous entrons dans l'Office du Tourisme afin de réserver une place dans le gîte de ce soir. Nous entrons dans un magnifique bâtiment (nous nous croyons presque dans un hôtel). Après une bonne douche, nous ressortons pour visiter ce beau village. Il était au XIIe siècle un chef-lieu d'une vicomté unie à la vicomté de Lomagne, puis propriété des comtes d'Armagnac aux XIVe et XVe siècles avant de devenir, au XVIe siècle, le fief des rois de Navarre. Auvillar est rattachée à la couronne de France à l'avènement d'Henri IV en 1589. Sa situation de place forte soumet la cité à tous les conflits qui ravagent la région, depuis la croisade contre les Albigeois, la guerre de Cent Ans, les guerres de religion puis la Ligue. En fin de visite nous retournons à l'Office de Tourisme où nous allons nous renseigner sur une association d'amis franco-allemands. Nous nous sommes dit qu'il serait bien pour notre ami allemand de rencontrer d'autres personnes de son pays. Nous n'avions qu'à traverser la rue et nous sonnons à une très belle maison. Nous sommes accueillis par un gentil monsieur et sa femme (http://www.sfa-auvillar.com), qui nous font visiter leur très belle demeure. Puis au moment de les quitter, il nous invite à partager avec d'autres pèlerins le petit déjeuner du lendemain, que nous acceptons avec grand plaisir. Leur maison est aussi un gîte pour pèlerins. Le soir, avant de rentrer au gîte, nous sommes allés dîner dans un petit restaurant du village. Le dîner sera bon, malheureusement l'accueil sera assez froid.

Album de photos : 21ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Moissac à Auvillar (24,4 kms) 
Altitude : De Moissac à Auvillar

Lundi 26 septembre 2016 : Levé matinal pour aller prendre le petit déjeuner, chez nos hôtes : Marie-José et Gehrard Schneider. Nous avons évidemment un très bon accueil et nous aurons aussi un très bon petit déjeuner avec des produits frais et de succulents fruits. Nous les quittons vers 8h00 pour continuer notre chemin. Le jour ne s'est pas encore levé et nous aurons une longue étape de 33 kms. Nous remontons la rue principale d'Auvillar. Nous marchons pendant plusieurs kilomètres à la fois sur la route et sur des chemins de campagne. En passant nous essayons de trouver quelques caches (Geocaching) et nous arrivons en milieu de matinée à Flamarens. Nous voyons au passage dans ce village le beau château datant du XVème siècle. Non loin de là, se trouve aussi l'église qui est en partie en ruine, il ne reste que le Choeur. Nous repartons et continuons notre chemin pour arriver à Miradoux. C'est aussi un beau petit village avec de vieilles ruelles et une grande église. Nous marchons encore de nombreux kilomètres et apercevons sur les hauteurs la ville de Lectoure. Nous arriverons en fin d'après-midi et nous montons au gîte de la Halte Pélerine. Nous serons très bien accueillis par la propriétaire : Véronique. Nous récupérons de nos forces en buvant une bonne orangeade offerte par notre hôte et nous nous délassons sur sa terrasse ombragée. Puis au bout d'une demi-heure nous prenons notre douche et ressortons pour aller tamponner la Crédentiale à la cathédrale de Saint Gervais. En fin de journée nous irons boire une bière dans la rue principale et trouverons une terrasse d'un restaurant où nous aurons une vue splendide sur les coteaux environnants. Dans ce restaurant nous aurons un bon dîner avec des produits de la région.

Album de photos : 22ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : D'Auvillar à Lectoure (33.6 kms) 
Altitude : D'Auvillar à Lectoure

Mardi 27 septembre 2016 : Après un bon petit déjeuner, préparé très gentiment par Véronique, nous partons en début de matinée. Nous remontons vers la rue principale de Lectoure et descendons vers les remparts, où nous prenons un raccourci qui rejoint le GR65. Nous partons pour une longue randonnée de 33 kms à travers les champs et nous suivons encore beaucoup de routes. La chaleur commence à monter et nous marchons la plupart du temps en plein soleil. Nous passons le village de Marsolan et quelques kilomètres plus loin nous remontons le GR jusqu'à La Romieu. Ce petit village est assez connu dans la région, car il a en son centre un monument très imposant : la Collégiale. Ce village a beaucoup d'histoire, surtout au Moyen Age où il était important (voir Wikipédia). Aujourd'hui avec le chemin de Saint Jacques, cette une étape incontournable du chemin. C'est là que se rejoint aussi le chemin de Rocamadour (GR652). Après avoir pris un petit café sur la place principale de La Romieu, nous continuons le chemin pour arriver en fin d'après-midi, bien fatigué après notre longue marche jusqu'à Condom. Nous traversons la ville pour aller complètement à l'est et nous irons au gîte de l'Ancien Carmel. Nous sommes très bien accueillis par un jeune, qui après lui avoir réglé le gîte et tamponné la Crédential, nous montre la chambre où nous allons passer la nuit. Nous nous reposons quelques instants et nous sortons pour aller au centre de Condom. Le centre-ville est assez éloigné de l'Ancien Carmel, nous mettrons presque une demi-heure pour y arriver. Au centre de la place nous admirons la grande cathédrale de Condom. Sur cette même place et près de la cathédrale se trouve quatre statues assez imposantes, offertes à la ville en 2006 représentant les quatre Mousquetaires. Nous restons une bonne heure sur la place pour aller prendre une bière, bien méritée. Nous rentrons au gîte, car à 19h nous avons le dîner. Il y a beaucoup de pèlerins dans la salle et notamment un groupe d'une quinzaine de filles, qui parait-il chantent d'une voix magnifique. Malheureusement nous n'aurons pas l'occasion de les entendre. A la fin du dîner, nous montons dans les chambres et nous n'allons veiller très tard, car la fatigue est bien présente.

Album de photos : 23ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Lectoure à Condom (33.6 kms)
AltitudeDe Lectoure à Condom

Mercredi 28 septembre 2016 : Nous démarrons notre journée par prendre le petit déjeuner dans la grande salle. Aujourd'hui sera la plus longue marche du séjour : 39,1 kms !!! Nous avions prévu au départ une marche de 35 kms, mais nous avons profité pour faire un petit tour dans Condom et surtout nous avions une déviation de plus de deux kilomètres, pour cause de réfection du pont qui enjambe l'Osse. Donc nous allons dans le centre de Condom pour aller visiter la très belle cathédrale, il fait encore tôt et le soleil ne s'est pas encore totalement levé. L'intérieur de la cathédrale est très lumineux. Nous observons les très beaux vitraux. Puis nous ressortons, nous allons faire quelques courses pour le pique-nique de midi et nous prenons la rue principale pour rejoindre un long cours d'eau : la Baïse, nous allons le longer pendant quelques centaines de mètres. Puis nous quittons ce cours d'eau et allons plein sud, à travers champs et bois. Nous arrivons à la déviation, qui nous oblige de contourner le pont d'Artigues en réparation, nous allons marcher deux kilomètres de plus. Nous reprenons le GR65 et nous marchons pendant plusieurs kilomètres sous le soleil, qui commence à chauffer sérieusement. Nous arrivons à la petite ville de Montréal du Gers. Nous nous arrêtons quelques instants à la jolie petite place carrée pour reprendre de l'eau et surtout nous reposer. Il y a aussi quelques randonneurs qui font comme nous une petite halte bien méritée. Nous reprenons le chemin et nous sortons du village pour descendre à travers champs. Nous sommes maintenant en plein coeur du pays de l'Armargnac. Nous traversons de grandes parcelles de vignes où se trouvent aussi de belles propriétés viticoles. Nous passons une jolie petite chapelle de Lamothe et continuons notre route. Les nombreux kilomètres depuis le début de matinée commencent à se sentir et la chaleur n'arrange rien. Nous terminons les six derniers kilomètres par suivre une ancienne voie de chemin de fer ombragée. Cette partie est vraiment très fatigante et surtout très monotone, nous commençons à sentir dans les pieds, les derniers kilomètres. Nous arrivons enfin à la capitale de l'Armagnac : Eauze. Nous traversons la ville et nous allons rejoindre l'office du tourisme pour entrer dans le gîte communal. Nous aurons une belle chambre au 1er étage de ce gite. Après une bonne douche, nous ressortons et nous décidons de faire ce soir la cuisine. Même après une longue journée de marche, nous trouvons encore un peu de force pour faire un grand plat de pâtes à la Bolognaise. Après ce bon repas nous nous couchons très rapidement.

Album de photos : 24ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Condom à Eauze (39 kms)
Altitude : De Condom à Eauze

Jeudi 29 septembre 2016 : Nous nous levons assez tôt, nous prenons le petit déjeuner que nous avons préparé puis nous faisons connaissance d'une jeune femme très sympathique : Antonella. Cette jeune femme viendra marcher pendant quelques jours avec nous jusqu'à Aire sur Adour.  Nous partons donc pendant quelques heures de marche, sous un soleil magnifique. Après une dizaine de kilomètres plus loin, nous nous arrêtons dans un gite à une centaine de mètres du GR pour aller prendre un café. Nous faisons connaissance de deux jeunes propriétaires du gîte. Ils n'ont pas plus de 25 ans et ils ont décidés d'habiter dans une petite cahute, perdue en pleine campagne, pour accueillir des pèlerins. Nous trouvons qu'ils ont beaucoup de courage d'habiter là toute l'année. En hivers, avec peu de passage, ça ne doit pas être très drôle. Après cet accueil fort sympathique, nous repartons et continuons le GR65 à travers champs et petits bois. Nous voyons pour la première fois la chaine des Pyrénées apparaitre devant nous. En fin de matinée nous arrivons dans le village de Manciet. En le traversant, nous sentons déjà que nous nous approchons du Pays Basque, nous passons près d'une arène où les vaches landaises, par tradition sont lâchées lors des fêtes du Pays Basque. A la sortie et après quelques kilomètres nous nous arrêtons dans un champ pour pique-niquer et reprendre des forces. Au bout de quelques instants, nous voyons arriver un agriculteur, nous avions peur qu'il nous dise de nous en aller, mais bien au contraire, c'est pour venir nous saluer. Nous sommes très heureux de l'avoir rencontré, nous sommes toujours étonnés de l'accueil des gens que nous rencontrons sur le chemin et de leur gentillesse. Nous reprenons donc le chemin sous la chaleur qui n'arrête pas d'augmenter, nous allons bientôt atteindre les trente-deux degrés ! Nous arrivons un peu exténué en fin d'après-midi à Nogaro, au gîte communal qui se trouve à la fin du village. Nous serons les premiers à arriver et nous aurons la possibilité de choisir notre lit dans le dortoir. Nous apprendrons le soir que le groupe d'une quinzaine de filles, rencontrées à Condom seront là ce soir, peut-être aurions-nous la chance d'entendre leurs chants magnifiques ? Nous décidons de ressortir prendre une bière et faire des courses pour le repas de ce soir que nous allons préparer. Au menu pâtes à la carbonara, préparés par  Antonella. Nous avions aussi invité par la même occasion un autre pèlerin d'origine danoise que nous avons rencontré il y a plusieurs jours sur le chemin et qui va dormir dans un autre gite ce soir.

Album de photos : 25ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin)
: D'Eauze à Nogaro (21,9 kms)
Altitude : D'Eauze à Nogaro

Vendredi 30 septembre 2016 : Nous quittons le gîte assez tôt, vers 7h45, car nous avons une grande journée de randonnée en perspective. Nous prenons le petit-déjeuner avec le groupe de filles et nous partons. Nous traversons la ville de Nogaro, beaucoup de pèlerins se suivent et nous marchons dans la campagne. Nous arrivons une bonne dizaine de kilomètres plus loin au village de Lelin Lapujole. A la sortie nous laissons notre camarade du chemin Antonnella suivre le GR jusqu'au prochain gîte. Nous, nous quittons le GR pour faire une variante jusqu'au village de Saint Germé. Pierre a décidé d'aller voir la famille d'une de ses amis pour lui acheter du foie gras. Cette famille, agricultrice fait un élevage de canards. Nous marchons donc en direction de Saint Germé sur une route assez rectiligne et monotone. Nous arrivons au village et nous en faisons le tour, il fait très chaud. Puis peu avant d'arriver à la ferme qui se trouve très en dehors du village, nous nous arrêtons pour le pique-nique. Moi je vais les attendre, en gardant les sacs et les laisser aller chercher le foie gras. Au bout d'une bonne demi-heure ils sont de retour avec l'agriculteur qui les dépose en voiture. Nous reprenons le chemin et nous entrons de nouveau dans le village, nous partons à gauche sur une voie de chemin de fer désaffectée. Nous allons marcher ainsi pendant trois à quatre kilomètres sur les rails. Ce n'est pas facile de marcher sur ces rails et nous arriverons au bout assez exténués. Nous avons encore sept kilomètres à parcourir avant d'arriver à Aire sur L'Adour. Là aussi le chemin est très monotone et sans intérêt. Nous arrivons enfin à Aire sur l'Adour en fin d'après-midi, assez fatigué par cette journée de randonnée qui a été un peu en dehors du chemin de Saint Jacques. Nous faisons des courses pour le repas du soir, au menu ça sera pommes de terre, omelettes et lard. Nous nous prenons quand même une bonne glace au supermarché avant d'arriver au gîte. Ce gîte très sympathique est un ancien hôtel qui a été transformé. Les pièces sont encore d'un style ancien et rétro, nous aimons bien. Après le diner, nous sortons en ville pour aller boire un verre d'Armagnac, que nous n'avons pas pris jusqu'à maintenant et nous rentrons nous coucher, assez fatigué de cette longue journée de marche.

Album de photos : 26ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Nogaro à Aire sur l'Adour (34,1 kms)
Altitude : De Nogaro à Aire sur l'Adour

Samedi 1er octobre 2016 : Après un bon petit déjeuner dans le restaurant de l'hôtel, nous partons à la même heure que les autres jours. Notre ami allemand David a décidé aujourd'hui de marcher de son côté. Nous le laissons donc et nous partons. La pluie est arrivée tôt ce matin, ce sera même un bel orage. Nous partons donc sous une pluie battante, nous traversons la ville déserte. Nous arrivons au petit lac du Broussau. La pluie redouble d'intensité et nous avons du mal à marcher. Nous avons perdu la trace du GR, nous ne seront pas les seuls à nous être trompés de chemin, car d'autres pèlerins nous ont suivis. Néanmoins avec le GPS, nous retrouvons facilement le chemin et nous continuons pendant plusieurs kilomètres jusqu'au village de Miramont Sensacq. Nous entrons dans la petite église et nous voyons le prêtre qui termine la célébration d'un baptême. Nous le saluons et nous l'aidons à porter ces affaires jusqu'à sa voiture. En le quittant nous lui demandons une petite bénédiction des pèlerins, qu'il fit avec grand plaisir. Par ses mots, le prêtre dit une jolie phrase qui a retenu notre attention, il dit : "que nous sommes les sportifs de Dieu", je la trouve très vraie. Nous continuons quelques kilomètres et nous nous arrêtons pour déjeuner près d'une petite chapelle perdue en plein de campagne. Nous repartons pour plusieurs kilomètres afin d'arriver au village de Pimbo et sa collégiale, datant du XIIème siècle. Malgré de nombreuses destructions et reconstructions, cette collégiale a gardé encore tout son aspect militaire. Nous entrons à l'intérieur, nous trouvons que l'église est assez sobre et nous en faisons le tour. Nous repartons et au passage nous cherchons une cache se trouvant derrière le bâtiment, dans un jolie petit jardin. Nous redescendons la colline où le village est en surplomb. Nous continuons le chemin à travers champs, un autre pèlerin se trouvant derrière nous s'approche à grand pas, il tire derrière lui une petite charrette avec son sac. Nous nous disons que son chariot est bien pratique, car il ne porte pas de sac à dos et il va beaucoup plus vite que nous. Nous arrivons au village de Arzacq Arziguet, nous nous dirigeons vers le gîte de ce soir, heureusement que nous sommes arrivés, car la pluie "pointe le bout de son nez".

Album de photos : 27ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Aire sur l'Adour à Arzacq Arziguet (34,2 kms)
Altitude : De Aire sur l'Adour à Arzacq Arziguet

Dimanche 2 octobre 2016 : Nous sortons du gîte après un petit déjeuner copieux, puis nous quittons le village rapidement. Une cinquantaine de mètres plus loin une jeune pèlerine nous rejoint, nous commençons la discussion, elle vient spécialement du Canada pour faire le chemin. Nous avons du mal à imager que tant de gens viennent de si loin pour faire uniquement le chemin de Saint Jacques. Nous sommes évidemment émerveillés. Vers les hauteurs d'Arzacq Arziguet, nous nous approchons de l'arbre des pèlerins où de nombreux d'entre eux ont laissés des traces de leur passage. Nous continuons et nous nous arrêtons une nouvelle fois dans un jardin où il y a du café et un bon gâteau servis par un villageois, ce qui permet de reprendre quelques forces. Nous sommes vraiment reconnaisants par les habitants des villages qui entretiennent le chemin et qui ouvrent leur maison ou leur jardin en accueillant les pèlerins. Tout au long de la journée nous allons traverser de nombreux villages avec quelques fois des noms imprononçables, comme Fichous-Ruimayous, Larreule (avec cette belle abbatiale), Uzan, Géus Arziguet, Castillon. Avant d'arriver à Arthez de Béarn, nous nous arrêtons dans une belle église perchée au-dessus du village. Nous entrons à l'intérieur, quelques paroissiens et un prête sont réunis pour dire un rosaire. Nous assistons jusqu'à la fin du rosaire. A la fin de la célébration, le prêtre vient nous parler quelques instants et nous aurons évidemment la bénédiction. Nous arrivons enfin au gîte de ce soir à Arthez de Béarn. Ce gîte est tenu par le boulanger du village, c'est une très belle demeure où nous aurons des chambres confortables. Le boulanger n'est pas encore là pour nous accueillir. Nous allons faire un petit tour jusqu'au bout du village qui s'étend tout en longueur. Vers 19h00 nous rentrons au gîte, mais le propriétaire n'est toujours pas là. Nous l'appelons au téléphone et nous lui disons que nous avions réservés avec le dîner. Il arrive et il va nous préparer un succulent repas avec des produits de la région et notamment des cèpes (c'est l'époque). Nous aurons aussi évidemment du très bon pain. Nous avons bien sympathisés avec ce boulanger, qui s'appelle au passage Bertrand.

Album de photos : 28ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Arzacq Arziguet à Arthez de Béarn (32 kms)
Altitude : De Arzacq Arziguet à Arthez de Béarn

Lundi 3 octobre 2016 : Nous prenons le petit déjeuner avec Bertrand, qui nous offre du bon pain et de bonnes vienoiseries. Elles viennent évidemment de sortir du four. Nous partons vers 8h00, notre compagnon David part seul pour cette dernière grande journée de marche à plus de 30 kms. Nous allons à la boulangerie au bout du village, la vue est magnifique sur la chaîne des Pyrénnées en cette belle journée qui s'annonce très ensoleillée. Nous aurons du bon pain pour le pique nique et nous admirons la boulangerie tout neuve, que Bertrand est fier de nous montrer. Nous disons nos adieux à notre ami boulanger et nous faisons une grande boucle afin de descendre vers le Gave de Pau. Nous traversons l'autoraute A64 et la ligne de chemin de fer qui partent en direction de Toulouse. Nous passons le village de Maslacq et nous longeons une partie du Gave de Pau. Ensuite nous montons une colline au nom de Notre Dame du Muret. De là nous avons un point de vue sur la région et surtout l'immense zone industrielle de Lacq. Nous continuons notre chemin pour arriver à quelques kilomètres plus loin à l'abbaye de Sauvelade, fondée au XIIème siècle par le Vicomte Gaston IV, le croisé. Vers la fin du XIIème siècle, elle fut reprise par les cisterciens. Après avoir pique-niqué devant cette abbaye, arrive David, nous prenons un café ensemble et nous repartons de notre côté. Nous marchons ainsi pendant de nombreux kilomètres entre champs et forêts. Nous arriverons en fin d'après-midi, bien fatigués par cette journée de marche à Navarrenx, lieu de notre gîte du soir. Nous dormirons dans le vieux gîte communal de la ville. Le soir nous irons dans un restaurant où nous prendrons le menu pélerin. A notre table arrivent un groupe de quatre pèlerins, que nous connaissons car nous nous sommes suivis pendant de nombreux jours. A la fin du dîner nous entonnons tous ensemble le chant des pèlerins de Saint Jacques, dont voici le texte ci-dessous et que pouvez entendre et chantez en cliquant ICI :

"Ultreïa 
 
Tous les matins nous prenons le chemin,  Tous les matins nous allons plus loin.  Jour après jour, St Jacques nous appelle,  C’est la voix de Compostelle.  Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos ! 
 
Chemin de terre et chemin de Foi,  Voie millénaire de l’Europe,  La voie lactée de Charlemagne,  C’est le chemin de tous les jacquets.  Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos ! 
 
Et tout là-bas au bout du continent,  Messire Jacques nous attend,  Depuis toujours son sourire fixe,  Le soleil qui meurt au Finistère.  Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos ! 
 
Quand l'amitié estompe le doute Dans un élan de fraternité On peut alors reprendre la route Et s'élever en toute liberté. Ultreïa ! Ultreïa ! E sus eia Deus adjuva nos ! "

Ce chant merveilleux et émouvant car nous sentons déjà la fin de notre séjour aura mérité tous les applaudissements de la salle.

Album de photos : 29ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Arthez de Béarn à Navarrenx (33,3 kms)
Altitude : De Arthez de Béarn à Navarrenx

Mardi 4 octobre 2016 : Nous nous levons et nous descendons au café au bout de la rue, pour aller prendre le petit déjeuner. En sortant nous allons dans la boutique d'en face pour acheter quelques victuailles pour le pique-nique, puis nous remontons chercher nos sacs. Nous quittons le gîte et nous remontons la rue principale jusqu'à la porte fortifiée de Navarrenx. Nous traversons le gave d'Oloron et nous allons vers le sud-ouest. Nous traversons quelques villages comme : Castetnau-Camblong, Charre, Lichos et nous arrivons en fin de matinée à notre gîte d'Aroue. Ce petit gîte est une ancienne école qui se trouve au début du village, il y a encore la cour et les salles de classes transformées en dortoir et chambres. Nous apprécions cette étape, car ça nous a permis de nous reposer après dix jours de marche intensifs. Nous en profitons pour faire la lessive, écrire des cartes postales et surtout nous reposer. En milieu d'après-midi nous décidons d'aller visiter le village, mais nous rentrerons assez vite, car il n'y a rien à voir, même pas un commerce. Nous attendrons le début de soirée pour voir arriver la propriétaire du gîte. Nous lui achetons de quoi dîner pour le soir et pour le pique-nique du lendemain. Nous avons de la chance car nous avons avec nous un des cuisiniers du palace du Carlton de Cannes, qui fait aussi le chemin de Saint Jacques et nous avons rencontrés dans le gîte ! Il nous a préparé un très bon plat de pâtes (c'est tout ce que nous avions pour le diner, mais c'était très bien préparé, évidemment).

Album de photos : 30ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : De Navarrenx à Aroue (20,5 kms)
Altitude : De Navarrenx à Aroue

Mercredi 5 octobre 2016 : Pierre et moi partirons seuls aujourd'hui, David a décidé de randonner de son côté. Nous quittons donc le gîte au petit matin. En longeant la route pour reprendre le GR, nous croisons d'autres pèlerins qui ont décidés de prendre un raccourci, afin d'éviter une grande boucle. De notre côté nous avons décidé de faire le chemin classique jusqu'au bout, "sans griller les étapes". Donc nous partons pour trois kilomètres de plus sur cette grande boucle. Les paysages au fur et à mesure que nous nous approchons des Pyrénées sont de plus en plus beaux. Je dirais même que ces deux derniers jours sont parmi les plus beaux paysages que nous avons vus au départ de Moissac. Nous déambulons donc à travers la campagne et sur les crêtes pendant plus d'une dizaine de kilomètres afin d'arriver au pied d'une immense colline. Nous montons par un sentier sinueux jusqu'au en haut de cette colline, à la chapelle de Saint Nicolas d'Harembels. Quelques pèlerins sont déjà là et admirent comme nous la très belle vue qui s'offre à nous. Nous nous arrêtons pour déjeuner et nous redescendons la colline vers le sud, à travers le bois d'Ostabat. Nous arriverons quelques kilomètres plus loin au gîte d'Ostabat. Après une bonne demi-heure, David arrive à son tour. Puis en fin d'après-midi une allemande assez âgée arrive à Bicyclette dans le gîte. Elle arrive directement d'Allemagne avec son vélo, nous sommes épatés par le trajet qu'elle vient de faire, surtout à son âge. Nous montons au village par un chemin assez raide, afin d'aller acheter de quoi dîner. Ce soir ça sera David qui nous fera le dîner, il a prévu un plat typique de sa région. Ce plat ressemblera fortement à des tortillas espagnoles.

Album de photos : 31ème jour de pèlerinage
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin) : D'Aroue à Ostabat (24,5 kms)
Altitude : D'Aroue à Ostabat

Jeudi 6 octobre 2016 : Nous quittons assez tôt le gîte d'Ostabat pour cette dernière journée de marche de la 3ème étape. Nous remontons vers le coeur du village, c'est calme à cette heure-ci et nous en profitons pour faire quelques photos. Nous marchons vers le sud et nous allons suivre la départementale jusqu'à Saint Jean Pierre de Port. Cette route est très fréquentée et heureusement que nous pouvons monter sur les hauteurs pour être au calme. Nous sentons vraiment maintenant que nous sommes dans le Pays Basque. Au bout de quelques kilomètres nous faisons une halte chez un habitant pour prendre un café qui est servit aux pèlerins de passage. Nous nous amusons avec quelques chatons qui grimpent sur nos sacs à dos, nous les trouvons très drôles. Puis nous repartons, nous passons le village de Saint Jean le Vieux et nous arrivons enfin à notre destination : Saint Jean Pied de Port. Nous sommes heureux d'être arrivé au bout, après douze jours de marche et plus de trois cents kilomètres parcourus. Nous passons la porte Saint Jacques, qui est classée au Patrimoine Mondiale de l'Humanité, ainsi que son chemin bien sûr. Cette porte historique marque le passage entre la France et l'Espagne. Tous les pèlerins venant de plusieurs chemins de Saint Jacques de Compostelle se rencontrent ici. Nous descendons la rue principale et nous nous dirigeons vers l'église de Saint Jacques, nous rentrons pour faire une petite prière et remercier notre Seigneur pour le chemin parcouru. Nous allons ensuite vers les hauteurs de Saint Jean Pied de Port et nous trouvons une petite esplanade avec une belle vue pour pique-niquer et fêter ainsi notre arrivée avec une petite bouteille de vin du pays. Nous descendons et nous allons chercher un gîte tout prêt de la gare, car le lendemain nous avons un train à 6h30 pour Bayonne. Nous trouvons ce gîte et ressortons pour aller visiter la ville. En fin de soirée nous prendrons une bière bien méritée au bord de la Nive et nous allons dîner dans un restaurant typique du pays. Après une petite nuit assez courte nous filons à toute vitesse pour attraper le train. En arrivant à Bayonne j'aurais une pensée très particulière pour mes grands parents qui ont habités ici pendant plusieurs années. Chez eux j'ai eu de nombreux souvenirs de vacances en famille pendant mon enfance et ses souvenirs reviennent peu à peu. Nous nous sommes dit que la prochaine fois où nous commencerons cette quatrième partie vers l'Espagne nous nous arrêterons plus longuement à Bayonne.

Album de photos : d'Ostabat à Saint Jean Pied de port
Fichier tracé GPX à télécharger (GPS Garmin)
: D'Ostabat à Saint Jean Pied de Port (23,3 kms)
Altitude : D'Ostabat à Saint Jean Pied de Port

 

© Arnaud BERNARD - Visitez le site et donnez votre avis

1 commentaire

#1 Juliette a dit :

Bonjour Arnaud,
Je te lis toujours avec intérêt.
Quelle bonne idée, le chemin de St Jacques par petits bouts, donc projet accessible au salarié lambda sans prendre 2 mois de vacances d'affilée.
Ça me donne des idées.
Amicalement

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la troisième lettre du mot qwwjy ? :

Accueil > Saint Jacques de Compostelle, France > Saint Jacques de Compostelle - De Moissac à Saint Jean Pied de Port (340 kms) - 3ème étape